Le mot du Président

[Rapport moral de l’Assemblée Générale du 10/04/2018]

Le chantier d’insertion Epicéa finit l’année 2017 avec un résultat économique positif. Certains pourraient penser que dans ce chantier d’insertion seul compte le résultat de l’activité économique. On pourrait croire qu’Epicéa se comporte comme une entreprise ordinaire où le seul curseur serait le taux d’augmentation de son chiffre d’affaires. Ceux qui le pensent ont peut-être raison, mais qu’à moitié. Ils ont un peu raison car Epicéa veut avoir un comportement d’entreprise, avec des valeurs d’entreprise, avec des exigences d’entreprise. Ensemble, conseil d’administration comme les salariés permanents, c’est ce que nous voulons, parce que nous savons que si nous ne nous comportons pas comme une entreprise, nous préparons mal les salariés en insertion, en particulier les plus jeunes, à se projeter dans une entreprise, à en accepter les codes et les obligations.

Mais non, et je le dis avec force, l’efficience économique n’est en aucun cas un curseur pertinent de notre activité. Le seul qui compte pour nous est celui de l’avenir des salariés en insertion. Cet avenir est d’abord professionnel. Il est aussi social, il est également sur la qualité de vie. A Epicéa ils sont aussi aidés ceux qui parlent de leurs soucis administratifs, voire familiaux.

En ce qui concerne la qualité de vie, en 2017 nous avons démarré notre potager solidaire.

La production a été conséquente et de grande qualité. Les tomates étaient superbes, les courgettes abondantes, les salades gouteuses. Ceux qui ont participé aux cultures ont vu leurs efforts récompensés par de beaux légumes qui ne leur ont rien coûté et qui leur ont permis de manger sainement. Je voudrai ici remercier la ville de Vieux-Thann qui nous met à disposition un terrain pour un loyer plus que symbolique. Je remercie aussi nos encadrants qui ont aidé à préparer le terrain, qui ont soutenu ceux qui, après la journée de travail, allaient encore entretenir le potager.

Je rappelle que l’essentiel de la mission d’Epicéa concerne l’insertion professionnelle. En 2017, avec un taux de sorties dynamiques de 61 %, Epicéa a connu le meilleur résultat de son histoire. 4 de ceux qui sont sortis ont un contrat en CDI, le graal de tout demandeur d’emploi.

Ce n’est, je crois, pas un hasard. C’est dû pour une part à un contexte économique favorable, l’activité repart, les employeurs embauchent. Tant mieux. C’est dû aussi au professionnalisme de notre équipe de permanents. Pour tous, mais en particulier pour les encadrants, être agent d’insertion est une compétence qui s’apprend essentiellement sur  » le tas « . C’est par l’expérience, par l’ancienneté qu’ils aident mieux à construire un projet professionnel. Cette ancienneté est un de nos meilleurs atouts. Pour cela il faut que chacun se sente bien dans l’entreprise.

Epicéa, chantier d’insertion a maintenant 16 ans d’existence. L’an dernier à l’occasion de son 15ème anniversaire on a rappelé qu’Epicéa est né de la double volonté de chefs d’entreprises et d’élus locaux.

Parmi ces derniers, je voudrai particulièrement remercier Michel Habib. C’est à l’occasion de la réunion du conseil d’Administration du 9 novembre que Michel nous annoncé son désir de quitter cette instance. Pendant plus de 15 ans, Michel a voulu Epicéa, a porté Epicéa. Aujourd’hui Michel souhaite laisser sa place à d’autres et se réserver pour d’autres randonnées. Merci Michel.

 En 2018 Epicéa est à un tournant puisque deux autres personnalités souhaitent quitter le Conseil d’Administration : Marcel Claerr et Daniel Kelai. Ainsi les 3 « pères fondateurs » vont regarder le navire qu’ils ont mis à flot voguer vers son futur, sans eux. Nous prendrons, en fin d’AG, le temps de les remercier.

2018 est maintenant bien engagé. Notre effectif est de 31 salariés en insertion. Notre carnet de commande est bien rempli, pour chacune des 4 saisons. Nous poursuivons notre voie. Nous aimerions que notre bateau jette son ancre dans le port d’un monde sans chômeur. Mais nous savons que ce port est encore trop loin et qu’il nous faut continuer, sans relâche à remettre des hommes et des femmes sur le chemin, les encourager à se projeter dans un avenir plus souriant, où le travail a du sens, où la tâche accomplie est source de fierté, où l’on retrouve la confiance en soi.

François HUBERT
Président

 

 

porta. luctus efficitur. pulvinar ut non